lundi 20 mai 2019

Ellowyne Adélaïde Nouvelle tenue

Voici le tout début de la nouvelle tenue d'Adélaïde Deslauriers. Notre fermière du 18ème siècle se prépare à visiter sa soeur Henriette qui réside à Québec. Celle-ci est l'épouse d'un fonctionnaire assez important, elle est devenue une vraie citadine. Adélaïde aime aller passer quelques jours de temps à autre dans la grande ville où l'attendent des plaisirs rares comme assister à une représentation théâtrale ou participer aux "salons" que sa soeur accueille chez elle et où les beaux esprits échangent sur les sujets les plus divers. Lors de ses séjours, elle se met au fait des dernières modes rapportées par les premiers navires arrivés de France au printemps. Cette fois-ci, elle assistera avec Henriette à un bal donné par Monsieur le Gouverneur. Bien que n'étant pas de nobles dames, elles se doivent de paraître à leur avantage et Adélaïde apporte avec elle une tenue spéciale pour elle et une autre pour sa soeur à qui elle confectionne parfois des vêtements. Autant dire que les préparatifs vont bon train dans la ferme Laurentine ! Il faut penser à tous les détails mais avant tout Adélaïde doit s'équiper pour le voyage .
Elle va naviguer sur le Saint-Laurent désormais dégagé des glaces. Le voyage prendra trois ou quatre jours selon le temps qu'il fera et le confort sera rudimentaire à bord. Néanmoins, les haltes chez les habitants permettront de se rafraîchir et se reposer.
Adélaïde va donc préparer à la fois une bonne tenue de voyage, confortable et pratique et des atours pour son séjour chez Henriette. Voici les bas qu'elle portera pour voyager: solides et chauds car il fait encore bien frais et que le temps peut changer rapidement, devenant carrément froid. Elle se permet une coquetterie très discrète, des jarretières brodées! Elle en a toute une collection, les longues soirées d'hiver lui permettent de coudre et broder pour elle et pour les autres, elle ne se prive donc pas de ce petit luxe.
Voici donc les bas de laine pour le voyage.

J'ai taillé les bas dans une chaussette "orpheline", assez fine pour être cousue facilement. Les jarretières sont faites dans un ruban synthétique que j'ai décoré de broderie au point de tige. C'est très simple, bien sûr car à cette échelle, je ne me voyais pas ajouter beaucoup de détails, cela aurait vite fait "fouillis" !
A la prochaine pour la suite des préparatifs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire